Le moment tant attendu est enfin arrivé ! Oui, mesdames et messieurs, La Fille aux Ballons est aujourd’hui fière de vous annoncer qu’elle est (enfin) partie en vacances !!

Je continue donc sur ma lancée sans avion après la première victoire 2019. Et c’est au Portugal que j’ai décidé de poser mon sac-à-dos pour les fêtes de fin d’année. Le Portugal en train et en bus, c’est possible. Etant dans le sud pour Noël, je pars de Marseille. Et le Marseille – Lisbonne se négocie bien … enfin, bien … il y a tout de même presque 1 660 km. Ah bah oui ! On ne s’en rend plus compte mais, en fait, les distances sont longues.

Plan initial

Le plan de départ est simple:

  • Marseille – Bordeaux: train intercités / 645km / 6h15 environ
  • Bordeaux – Hendaye: train ter / 219 km / 2h45 environ
  • Hendaye – Lisbonne: train espagnol / 940km / 13h45 environ

Un total de presque 23h. Idem pour le retour. Comme on dit, il n’y a plus qu’à !

Aller au Portugal en train et en bus by La Fille aux Ballons
Photo by Capturing the human heart

Faux départ  

Evidemment, les choses ne se sont pas tout à fait passées comme prévu. Oui, sinon, je ne me serais pas embêtée à écrire un article. Logique non ?

Donc ! Tout d’abord, les grèves . Dès la première étape. Pour rejoindre le sud. 2h30 pour aller à la gare de Lyon de Paris. Sachant qu’il faut 3h00 pour rejoindre Marseille… Je ne vous fais pas un dessin.

Puis, aucune solution pour rejoindre Toulon. Pas de train. Ni de covoiturage ou de bus. Bien, bien.

Ensuite, il faut retourner à Marseille pour le grand départ. Là, je me retrouve face à la tempête Fabien. 1h30 de retard. Un départ à l’heure où j’aurai dû arriver. Je suis toujours mo-ti-vée !

Marseille ! Je vais pouvoir partir ouuuuuuu pas ! Les deux premiers trains sont annulés. Pas grave, je suis pleine de ressources. Je vais prendre un bus.

Aller au Portugal en train et en bus by La Fille aux Ballons
Photo by Annie Spratt

Départ

France

Marseille – 10h: je suis en avance à la gare routière. Jusque là, rien d’étonnant.

Marseille – 10h10: mon bus est en avance. Là, par contre, c’est bizarre non ? On s’agglutine devant l’entrée. Oui, les gens ne savent pas vraiment former une file logique et respectueuse. Des personnes, avec un gilet portant le mot « contrôle » et de couleur jaune (c’était marrant) monte en premier et bloque tout le monde. On comprend rapidement que c’est la police et qu’ils font un contrôle surprise. De toute façon, on est large donc pourquoi pas. Ahahah … Quelle naïveté !

Marseille – 11h10: heure du départ. On est toujours dehors. La situation s’envenime. Et on comprend que la communication est compliquée. La police parle français, les conducteurs italiens. Et personne pour faire l’intermédiaire. Les dossiers sont sortis, il y a des papiers partout. Apparemment … il en manque un.

Marseille – 11h45: les policiers s’en vont. On monte dans le bus. Youhou ! Pourtant, toujours pas de départ. On est installé mais … il manque toujours ce petit document. Les policiers veulent l’original, les conducteurs ne l’ont que par mail. Et là, la phrase qui tue (j’étais devant alors je peux vous dire que j’ai bien tout entendu) « pas de papier, pas de départ ». Bon, peut-être qu’à un moment je vais abandonner et annuler mes vacances non ? NON !

Marseille – 12h00: Flixbus (oui je les balance comme ça l’air de rien) s’en sorte avec un avertissement. Nous partons enfin 🙂

Aller au Portugal en train et en bus by La Fille aux Ballons
Photo by Juan Encalada

Montpellier – 14h30: RAS. Voyons le côté positif, au moins mon temps d’attente à Montpellier, sur le trottoir, est diminué.

Montpellier – 15h45: bus à l’heure. Personne à côté de moi. OMG ! Cette fois-ci, c’est parti !

Espagne

Frontière espagnole vers Perpignan – 17h40: Le soleil est en train de se coucher et le paysage est sublime. C’est exactement pour ça que j’aime les voyages en train et en bus. Le paysage. Le temps qui passe doucement. Je suis contente de passer la frontière. J’ai l’impression que les vacances commencent enfin. De nouveau … quelle naïveté ! A peine, le « poste de péage » passé, la police débarque. Gyrophare dans la nuit, sirènes hurlantes. Ils montent et vérifient les passeports. C’est-à-dire tous les passeports et surtout tous les visas. Oui, oui. Tous. Un par un. Il y en a quelques uns sur mon passeport. Des visas. Il a refait tout mon voyage. Tout mon voyage.

Frontière espagnole vers Perpignan – 18h30: nous repartons ! Cette fois-ci, ce sera un direct pour Lisbonne.

Portugal

Frontière portugaise – 8h45: RAS.

Lisbonne – 11h30: je sors du bus. Je ne sens plus mes jambes. Ce que je sens par contre, c’est la chaleur du soleil. Et j’ai faim aussi pour ceux que ça intéresse. Mais surtout, il fait chaud ! Direction le centre-ville.

Aller au Portugal en train et en bus by La Fille aux Ballons
Photo by Balazs Busznyak

Retour

Je le dis directement, le retour a été beaucoup moins compliqué que l’aller. Heureusement ! J’ai tout de même été impactée par la grève hein. Je n’allais pas passer complètement au travers, faut pas déconner.

Lisbonne – 21h34 (soyons précis): mon train part. Je n’ai pas réussi à avoir de couchette donc je m’installe sur mon siège pour la nuit. Il fait une chaleur horrible. Ça sent l’alcool et les espagnols parlent forts. On y rajoute une lumière qui ne s’éteindra pas de toute la nuit. Je me cale. Nous sommes censés arriver à Hendaye vers 11h30.

Quelque part en Espagne – 10h30: les contrôleurs nous disent avec la plus grande décontraction que notre train ne s’arrêtera pas à Hendaye car la France ne veut pas les laisser entrer. En effet, il faudrait des aiguilleurs pour ça. Je regarde sur une carte. Hendaye est littéralement à la frontière c’est ouf. Mais bref ! Le train s’arrête à Irun et des bus sont affrétés pour nous permettre de rejoindre Hendaye.

Hendaye – 13h25: je monte dans un train direction Paris. Mon billet me dit que je dois descendre à Bordeaux puis à Bordeaux prendre un autre train pour Paris. Hum … N’existerait-il pas un moyen plus simple ? Voyons, voyons. Dès le départ du train, je file voir les contrôleurs pour négocier. Bingo ! Je reste dans le train jusqu’au bout.

Paris – 18h08: je pose mon pied à Paris. Les vacances sont finies.

Aller au Portugal en train et en bus by La Fille aux Ballons
Photo by ian dooley

Je râle beaucoup dans cet article mais ne vous y trompez pas, je ne regrette absolument, mais alors, absolument pas l’avion. Je suis même contente de cette aventure. J’apprécie de voir les km défilés et j’ai le sentiment de mériter encore plus mes vacances. De profiter tout en réduisant mon impact.

J’ai hâte de partir pour la prochaine aventure. Elle est déjà calée et sera plus proche de Paris donc plus facile mais d’autres se profilent déjà !

Alors, ça vous tente ? Je vous embarque avec moi pour la prochaine ?

PS: dès la semaine prochaine, je vous raconte les aventures sur place bien sûr !

6 thoughts to “Aller au Portugal en train et en bus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.