Développement durable. Vous avez dit Développement durable ? Tout le monde en parle. Tout le monde utilise ces mots. Mais est-ce qu’on sait vraiment ce que s’est ?

Photo by Luca Bravo

Un concept flou

Très honnêtement, moi-même j’ai eu un peu de mal à imaginer et à concrétiser ce concept. Six mois après avoir lancé mon nouveau blog. Je lui donnais un tournant plus écolo, plus… durable. Et je posais rapidement les définitions suivantes :

  • Ecologie : science ayant pour objet les relations des êtres vivants (animaux, végétaux, micro-organismes) avec leur environnement, ainsi qu’avec les autres êtres vivants (Larousse),
  • Biodiversité : diversité des espèces vivantes et de leurs caractères génétiques (Larousse),
  • Transition énergétique : modification des modes de production et de consommation de l’énergie,
  • Changement climatique : variation des caractéristiques climatiques,
  • Bilan carbone : comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre d’un produit ou d’un humain (lien vers mon bilan carbone perso),
  • Transition écologique : transformation des modes de vies vers quelque chose de plus respectueux de l’écologie (résilience: résistance aux chocs, économie circulaire: économie de boucle),
  • Croissance verte : promouvoir la croissance économique et le développement tout en veillant à ce que les actifs naturels continuent de fournir les ressources et services environnementaux dont dépend notre bien-être (OCDE),
  • Développement durable : mode de développement veillant au respect de l’environnement par une utilisation prudente des ressources naturelles afin de les rendre durables dans le long terme (Larousse).

Plus d’un an après, j’ai creusé ces différents sujets. J’ai suivi une formation sur le pilotage d’une entreprise durable. J’ai assisté à une demi-douzaine de conférences et j’ai donc évolué sur leur définition.

Photo by Aaron Burden

Aujourd’hui, je souhaite revenir sur cette notion de Développement Durable car, ça me semble être la base de tout. Et, surtout, je ne suis plus entièrement d’accord avec la définition du Larousse.

Les Objectifs de Développement Durable (ODD)

Le point de départ du développement durable, pour moi, ce sont les fameux Objectifs de Développement Durable (les ODD). Cette feuille de route collective rassemble les ambitions de la majorité des Etats constituant l’ONU. Ils ont été signés en septembre 2015. Juste avant la COP21 qui a vu naître les Accords de Paris sur le climat. Ils proposent une série de 17 objectifs pour tendre vers une société plus durable d’ici à 2030.

Pour mémoire, les ODD sont différents des Accords de Paris signés la même année lors de la COP21. Les Accords de Paris se concentrent sur le climat et souhaite définir une trajectoire commune des Etats pour limiter le réchauffement climatique à +2°C en 2050 (en atteignant la neutralité carbone). Les Accords de Paris et les ODD sont donc complémentaires.

Ils englobent l’intégralité des enjeux de Développement Durable. Car il est bien là le sujet. Le développement durable ne concerne pas seulement les changements climatiques (terme un poil plus juste que « réchauffement climatique ») ou encore les émissions de gaz à effet de serre. La durabilité c’est aussi l’éducation, l’accès à l’eau ou encore l’égalité pour tous.

Ces 17 objectifs sont ensuite déclinés en 169 cibles précisant un peu plus les objectifs et les ambitions de chacun. Chaque état n’est pas concerné de la même manière par l’ensemble de ces objectifs. Ainsi, des déclinaisons existent pays par pays. Enfin, 232 indicateurs ont été créés par les Nations Unis pour permettre un suivi du respect de ces engagements (site mis en place par le ministère de la transition écologique et solidaire).

Je souhaite rester totalement neutre dans cet article. Le lien vers ce site du ministère vous permettra de vous renseigner et de juger par vous même de ce qui est fait et ce qui n’est pas fait par notre gouvernement.

Les Objectifs de Développement Durable sont, au final, une vision globale, commune et partagée sur la trajectoire à prendre pour devenir une Société plus juste, plus durable et donc plus résiliente.

C’est à ce moment-là, que vous vous dites : « ah oui ! la définition du Larousse est un peu light ! « 

Une durabilité / des durabilités

C’est pour cela que le sujet est si complexe car il est transverse. Il ne peut simplement s’additionner à l’ensemble de nos actions comme une ligne de plus sur la liste des (nombreuses) choses à faire. Il doit s’inclure dans cha-cu-ne des lignes.

Photo by Pine Watt

Et là, l’être humain entre en jeu. L’être humain dans toute sa diversité et toute sa complexité. Et nous avons donc tous une approche différente du sujet. Si j’ai attaqué le problème par le plastique (en réduisant mes déchets), la viande (en devenant végétarienne) ou encore l’avion (en arrêtant simplement de le prendre). Le voisin va commencer par la slow fashion, la seconde-main ou l’égalité hommes-femmes quand une autre personne va s’occuper de la biodiversité. D’un côté, il y a ceux qui croient aux petits pas. De l’autre, il y a ceux qui veulent remettre à plat la société de consommation. Est-ce que les premiers sont dans l’erreur ? Est-ce que les deuxièmes le sont ? Et bien… je ne crois pas. Et vous ?

Tous les combats sont importants et utiles. Sans justice sociale, sans égalité sociale, il ne peut y avoir de changement écologique global. Tous les combats ont un rôle à jouer. Et ils méritent toutes nos sensibilités et toute notre matière grise pour pouvoir avancer ensemble. C’est pour cela que nous parlons d’inclusivité (encore un grand mot, mais tellement important).

Et maintenant ?

Une fois que j’ai dit tout ça, voici deux petits conseils :

  • trouver votre angle d’attaque : le sujet qui vous touche le plus mais aussi, le sujet le plus facile pour vous. La motivation et la réussite seront au rendez-vous et ça vous permettra d’avancer petit à petit.
  • ne jamais oublier le grand angle : vous avez raison de faire ce que vous faites et… les autres aussi. Les actions s’additionnent. Et si aujourd’hui, on parle peut-être plus de l’action ou du combat d’une autre personne. Cela ne veut pas dire que la vôtre n’a pas de valeur ou qu’elle est écrasée, oubliée, nulle. C’est juste que, aujourd’hui, on a plus besoin de parler de ça.

N’oubliez pas aussi que nous apprenons en avançant. Vous ferez des erreurs. Et… ce n’est pas grave. L’indulgence, c’est envers les autres et, aussi, envers soi-même.

Photo by Jordan Wozniak

Voilà pour aujourd’hui. Je ne suis, volontairement, pas rentrée dans les actions concrètes. J’ai plutôt privilégié le contexte… au sens large. Avec une petite touche de sentiments à la fin :).

Je vous laisse digérer tout ça et, qui sait, creuser un peu plus les sujets qui vous parlent. N’hésitez pas à m’envoyer un message si vous avez besoin d’aide pour vous lancer !

Alors, on en pense quoi de tout ça ?

3 thoughts to “Développement durable ?

  • Pingback: Faire sa part - La fille aux ballons

  • Patyn

    Tu aurais du faire droit ma petite dame…un certain sens de la rhétorique et du phrasé..
    J aime l idee du non jugement, axe tellement insupportable de notre époque.. .
    Pour ma part. Un peu de seconde main.. Un peu de cycle court.. Pas de voiture personnelle.. Et du train.. Pas grand chose en somme..mais ca compte quand meme 🤔

    Répondre
    • Marlysae

      Évidemment que ça compte ! Et merci pour ce compliment assez dingue 😘 bisous

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.