L’amour ne fait peut-être pas tourner le monde, mais je dois admettre qu’il rend le voyage intéressant  

de Sean Connery

Photo by Ishan @seefromthesky

Cela n’a échappé à personne, hier c’était la Saint-Valentin. Et, même si j’ai l’impression que cette fête est en perte de vitesse (ou alors c’est juste mon état d’esprit du moment), je me suis dit que c’était l’occasion parfaite pour faire l’article le plus croustillant de l’année ! Il faut dire que je devais aussi me faire pardonner de vous avoir laisser tomber vendredi dernier. Cet article est donc officiellement l’article du Love … ou pas en fait.

Tout le monde s’en doute, j’ai croisé énormément de gens sur la route et, parmi eux, forcément quelques personnes sont sorties du lot. Une fois de retour, c’était d’ailleurs assez drôle de répondre à vos questions. Ceux qui veulent tout savoir et posent tout en mode cash et ceux qui essaient tant bien que mal d’être subtile.

Je n’étais pas partie pour rencontrer quelqu’un. Evidemment. Je n’y avais même pas pensé. Il faut dire aussi que je ne ressemblais pas à grand chose. Je vous laisse imaginer ma tenue de soirée (chaussures de rando, short, tee-shirt de sport), ma tête des grandes occasions (pas coiffée, pas maquillée … ah non … c’était comme d’hab ça en fait) et mon petit sac-à-main (le gros Wilson qui n’était pas au régime).

Photo by Jon Tyson

Amis curieux, voici les quatre histoires qui ont le plus comptées pour moi pendant cette année de vadrouille. C’est par ici (heureusement qu’il y a prescriptions et que, à priori, aucun des quatre ne lit mon blog) 🙂

  • Le premier

Seulement une semaine après mon arrivée au Canada, je le rencontre, lui, le belge flamand qui parle un peu français. Il est en vacances pour 15 jours et on se rencontre dans une auberge wild (comprenez sans eau, sans électricité, sans wifi, et avec toilettes au fond du jardin – tout un programme).

Le lendemain, on ne se croise pas une mais deux fois sur des chemins de randonnée (apparemment, on avait le même programme). Le surlendemain, on ne se recroise pas une mais deux fois sur la route (apparemment, on avait toujours le même programme). On se recroisera quelques jours plus tard, mais, cette fois-ci, on avait fixé le rendez-vous.

On va rester longtemps en contact. Assez longtemps pour décider que ce serait cool de se revoir et qu’il reviendrait donc croiser ma route en Amérique du Sud.

Finalement, il ne viendra pas et il coupera brutalement le contact. A mon retour en France, il m’enverra un petit message ce qui me permettra d’avoir enfin toutes mes explications. Sympa … mais trop tard …

  • La surprise

Ushuaïa. La ville du bout du monde. Noël, la fête, la convivialité, l’américain … attends, quoi ? Un américain dans une auberge de jeunesse, c’est normal. Un américain de plus de 45 ans dans une auberge de jeunesse, ça l’est déjà beaucoup moins.

Son leitmotiv:  » Happy wife, happy life ». Oui, ben moi, ça me va comme programme hein. Nous avons refait le monde et passé tout notre séjour ensemble. On s’est quitté lorsqu’il m’a ramené à l’aéroport. Pas de regrets, pas de larmes, que des bons moments passés dans l’instant présent.

Aujourd’hui, on est encore en contact. Enfin de très très loin, via les réseaux sociaux. On ne se reverra probablement jamais mais je pense que, l’un comme l’autre, on garde ce petit souvenir inattendu en mémoire.

  • La surprise (bis)

El Chaltén. Le paradis des randonneurs. Le Nouvel An, la fête, la convivialité, le … attends, quoi ? Ça me dit quelque chose non ? Ne me dis pas que l’histoire va se répéter à seulement une semaine d’intervalle ? Et bien figurez que … si. Enfin, presque. Parce que cette fois-ci, il n’était pas américain mais français.

Nous resterons ensemble environ une semaine le temps de finir notre séjour argentin et de prendre le chemin du Chili. Un trajet en bus assez marrant et un passage de frontière assez flippant parce que je ne comprenais rien du tout.

Aujourd’hui, il est encore sur les routes du monde.

  • Le coup de cœur

On se rencontre rapidement au Laos, une soirée avec les gens de l’auberge et puis s’en va … j’ai un bus le lendemain matin.

On se recroisera quelques semaines plus tard en Thaïlande pour neuf jours de plages, soirées, snorkeling de dingue et puis s’en va … je rentre en France.

On se recroisera quelques semaines après dans le sud de la France où ce sont encore les vacances et puis s’en va … je rentre sur Paris, je dois reprendre le travail.

On se recroisera encore quelques semaines après sur Paris et puis s’en va … définitivement. Le voyage est terminé et c’est le dur retour à la réalité.

Cette petite bulle que je voulais ramener à la maison s’est finalement dégonflée petit à petit avant d’éclater. Le retour est un choc que j’ai eu du mal à gérer.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus en contact et, je ne souhaite plus en avoir.

Photo by freestocks.org

Finalement, j’ai rencontré ces quatre personnes en auberge de jeunesse. D’où l’importance de bien bien les choisir.

Vous savez enfin tout ! Ou presque, faut pas déconner non plus, je ne vous parle pas des toutes petites choses qui peuvent aussi pimenter un voyage mais qui sont aussi insignifiantes qu’anecdotiques.

Des petites histoires à me raconter ?

Note cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.